Les méthodes de fabrication de couteaux à THIERS

En fonction des contraintes, des exigences inhérentes au modèle mis en fabrication, du prix ciblé par le client, du niveau de gamme, plusieurs méthodes de fabrication peuvent être mises en œuvre à Thiers. 

 

1) Fabrication suivant le principe de la forge à chaud
 

- Un marteau-pilon doté d’une masse tombante de plusieurs tonnes

- Un four de chauffe

- Une presse à découper

En fonction du modèle, le forgeron a recours à différents procédés en fonction du modèle, des contraintes financières, etc...
 
1) Forge complète de la pièce : plate semelle
2) Découpe à l'emporte pièce du couteau, puis forge de la mitre uniquement
3) Forge de la lame avec mitre et soie (la soie est la tige qui permet de fixer le manche) 
 
Des lopins ronds sont découpés dans une barre d'acier en inox alimentaire (ou dans une barre d'acier carbone) dans un des meilleurs aciers de coutellerie à matricer, utilisé pour la fabrication des couteaux de cuisine ou de table haut de gamme.
Ce lopin d’acier est ensuite passé au four puis compressé jusqu’à la formation d’une boule qui garnira l’empreinte de la mitre (ou des mitres) de la matrice de forge. La barre d’acier est à nouveau entièrement passée au four de chauffe pour être rougie. Ce passage au four
va rendre malléable à la forge ce lopin (ou crampon). Le forgeron frappe en trois fois l’acier à l'aide d'une matrice montée sur un marteau-pilon d’environ 1 tonne de masse tombante sur lequel l’outillage de mise à forme a été  préalablement posé avec précision. Cette opération nécessite un montage et un démontage d'outillage de forge.

Le contour de l’ébauche est ensuite détouré à l’aide d’un outillage de découpe sur une presse à découper. Elle permet de séparer la lame de la chatille. Cette opération est effectuée par deux nouvelles opérations de forge. Un montage et un démontage d'outillage de découpe.

Cette pièce va ensuite subir plusieurs opérations qui consisteront à ramener le tranchant d’environ 20 dixièmes à un tranchant efficace d’une épaisseur d’environ 0,5 dixième :

– pré-émouture (diminuer partiellement l’épaisseur de la lame),
– la trempe (Cette opération durcit la structure de l’acier),
– le redressage de chaque lame,
– l’émouture (finalisation de l’amincissement de la lame,
– le revenu (donne de la souplesse à l’acier et évite à la lame de casser),
– le redressage de chaque lame après le revenu,
– le réassage (suppression des traits formés à l’émouture sur le métal),
– le polissage,
– le lustrage,
– l’aiguisage,
– l’affilage,
– la suppression du morfil (opération qui consiste à ôter les bavures pour rendre le tranchant complètement lisse),
– le marquage du couteau au laser pour un usage professionnel. En revanche, les couteaux de poche sont en principe, gravés en creux avant la trempe.

Lame, mitre, ressort et culot ne sont qu’une seule et même pièce, forgée dans la masse.
Cette méthode de fabrication permet d'obtenir une lame dont l'acier n'a subi aucune cassure.
 
À la prise en main, la pièce forgée est plus massive qu'une lame découpée à froid.
 
• Pour les professionnelles des métiers de bouche la fabrication par forge apporte toutes les caractéristiques requises ; soit :
– un article qui répond aux normes d’hygiène. Une pièce massive forgée évite aux bactéries de s’immiscer entre les pièces métalliques comme dans le cas d’une fabrication par assemblage qui comprend une lame + 2 platines + 2 mitres
– la dureté (résistance à l’usure donc un affûtage moins fréquent),
– la résilience (une certaine résistance par sa capacité à se déformer avant de casser),
– l’inoxydabilité : évite aux couteaux en inox de s’oxyder.
 
 
2) Fabrication suivant le principe de la découpe à froid.
 
À partir d’une tôle métallique plus ou moins épaisse, l'emprunte du modèle est sectionnée à l’emporte-pièce. La pièce sera ensuite garnie de tous les éléments qui la composent  : platines, mitres, viroles, manche. 
 
Cette méthode de fabrication est majoritairement utilisée. Elle permet d’obtenir une production moins coûteuse et rend la mise en oeuvre abordable et plus facile.
 
 
 
3) Fabrication suivant le principe de la découpe laser
 
 À partir d'un dessin avec côtes. Le modèle est initialisé et le programme permet d'effectuer la découpe sans aucun outillage.
Cette méthode est plus honéreuse qu'un découpage par outillage mais elle permet de lancer de petites et moyennes séries.
 
 

 ٭ ٭ ٭

LE RECUIT

L’emprunte obtenue subit ensuite le recuit  précis de la nuance d’acier au four à environ 800°  C. Il a pour but  d’adoucir l’acier afin d’éviter qu’il soit cassant et apte à l’usinage, fraisage, perçage, etc... 

 

LE DECOUPAGE

- A l'aide d'un découpoir emporte-pièce

Mise en œuvre  d'un outillage de détourage qui nécessite une opération de montage et démontage d'outillage. 

Un outillage de découpe fabriqué spécialement pour ce modèle est placé sous un découpoir emporte-pièce. A travers cette opération, l’emprunte forgée va être découpée à la forme exacte de l’article. Cette opération permettra également le perçage de la soie pour le passage des rivets de fixation du manche.

 

LA PRE-EMOUTURE

- A l'aide d'une meule à émoudre

Mise en œuvre  d'un outillage d'émouture spécifique à chaque modèle qui nécessite une opération de montage et démontage d'outillage. 

L’opération de meulage donnera la meilleure coupe possible. Cette étape consiste à meuler la lame du couteau brut pour l’amincir en vue de former le tranchant. Le métal est enlevé en plusieurs passages. Pour une fabrication en série, cette opération se fait à l’aide d’un outillage d’émouture conçu spécialement pour la lame à émoudre.

Cet outillage permettra d’obtenir lémouture souhaitée (quelques exemples ci-dessous)  :

                                                       

 

LA TREMPE

Avant la trempe, les lames sont redressées manutellement une à une afin qu’elles soient complètement droites avant d’être ensuite placées sur les plaques du four. C’est une opération très importante. 

 

TRAITEMENT THERMIQUE

Il s’agit d’un traitement spécifique. Il y a des paramètres de trempe et de recuit  pour chaque nuance d’acier qu’il faut respecter scrupuleusement. Cette étape essentielle permet d’obtenir les caractéristiques mécaniques les plus optimales.

 

Opération qui consiste à rendre la lame dure tout en gardant de l'élasticité.

- Un four de trempe monté à la température requise

- Un bain d’huile (si trempe à l'huile).   

Ex. : l’acier inoxydable à environ 1 040°C et l’acier carbone à environ 820°C.

 

La résistance de l'acier à l’usure, l'élasticité, la coupe, la flexibilité, la résistance à la corrosion, une bonne ductilité (capacité à se déformer plastiquement sans se rompre). La moindre faille peut avoir des répercussions sur la qualité de la lame finie.

 

Il existe d’autres modes de traitements thermiques, par le froid. A l’azote (dans un récipient cryogénique). Cette méthode évite la formation de calamine. Après un traitement à l’azote il est nécessaire d’effectuer un traitement de détente..

 

LE REVENU

A l’aide d’un four de trempe monté à la température requise.

L’acier inoxydable à environ 200°C et l’acier carbone à environ 300°C.

 

Après la trempe, les lames sont une nouvelle fois redressées car le métal peut avoir subi une déformation à la chaleur dans un four à environ 200°C. Cette opération donnera à l’acier, la bonne dureté et une certaine souplesse.

 

L’acier carbone subit un revenu à environ 300°C.

A la sortie du four de trempe, les lames sont plongées directement dans un bain d’huile pour un refroidissement brutal de l’acier.

 

 

L'EMOUTURE

Après avoir été dégrossie en pré-émouture, la lame est rectifiée à nouveau. Cette autre opération nécessaire après la pré-émouture consistera à effacer toutes les rayures laissées par l’opération de pré-émouture

 

 

LE PRE-POLISSAGE

- Sur plusieurs postes de polissage

- des outils de forme et d’angles différents

- De la pâte à polir, etc..

Polissage à la main, par l’ouvrier spécialisé par étapes successives, avec des abrasifs de plus en plus fins afin d'obtenir la brillance de l'acier. Au départ, if faut enlever la calamine pour finir une lame  dont plusieurs finitions sont possibles, de l’aspect brillant (poli-miroir) à l’aspect  satiné (mat).

 

LE MONTAGE DU MANCHE

- Une enclume

- Un bastang

- Une toupie

Avec diverses bandes abrasives d’application et de grains différents

Le monteur procède à l’ajustage sur la soie du couteau ainsi qu’au perçage. Le couteau est ensuite passé à la toupie pour l’ajuster au niveau de la lame et de la soie. Le ponçage permettra de facilité le polissage.

 

LE POLISSAGE DE FINITION

- Touret ou bastang

- Bandes abrasives pour finition de polissage brossé ou satiné, suivant le grain employé

- Feutre

- Flanelle

- Pâtes

C'est une opération qui demande une très grande qualification professionnelle, car elle consiste à donner aux articles encore grossiers un très beau rendu. Cette opération permettra au couteau d’avoir tout son éclat. Chaque parcelle d’acier ou du bois est repassée avec soin avec divers outils et grains de pâte à polir.

Le polisseur termine ce rang par une opération qui consiste à affiner au maximum l’épaisseur de la partie tranchante, le « rayassage ».

 

L'AFFUTAGE

Vient ensuite l’opération finale : l’affûtage (crantage si nécessaire)

- Touret ou bastang

- Meules d’affûtage

- Meule à cranter

 

Après contrôle, si tout est parfait, c’est :

- l’essuyage 

- l’emballage.

٭ ٭ ٭

Contact

Coutellerie Pitelet Franck 2, rue Conchette
THIERS - 63300
TEL. : 04 73 80 45 38 franck@franckcoutelier.com